Abbaye de la Grâce Dieu, Benon (17170)

Descriptif

L'abbaye fut fondée par Guillaume X du Poitou qui en fit don aux Cisterciens en 1136. L'abbaye fut prospère jusqu'en 1395. Par la suite, les guerres et les pillages se succédèrent. De grands travaux de restauration furent menés au 18e siècle.
Propriété privée.
(Location de salles de réception et hébergements. Tout au long de l'année, l'Abbaye de la Grâce-Dieu vous accueille dans son cadre authentique, situé entre Niort et La Rochelle. Mariages, baptêmes, anniversaires, banquets, séminaires d'entreprises ou formations... )

En pays d'Aunis, il n'y a que quatre établissements ecclésiastiques à porter le titre d'Abbayes : la Grâce-Dieu, Notre Dame de Ré, Saint Laurent des Chaumes et Notre Dame de Charron. Toutes quatre faisaient partie de l'Ordre des Cîteaux. Le Monastère de la Grâce-Dieu fut le premier que l'Ordre des Cîteaux possédait en Aunis et Saint Bernard participa lui-même à sa fondation.
En 1135, Guillaume, le Duc d'Aquitaine renonça au schisme d'Anaclet après une audience avec Bernard, abbé de Clairvaux. En 1136, afin de rappeler la Grâce que Dieu lui avait faite de l'arracher au schisme, le Duc d'Aquitaine fonda, près de son château de Benon, une Abbaye qui fut appelée "Sainte Marie de la Grâce-Dieu", la Grâce Dieu.

L'Abbaye fut incendiée le 14ème siècle (1395), pendant la Guerre de Cent Ans. Elle eut le temps de se relever de ses ruines et de rendre aux bâtiments leur grand éclat avant les guerres de Religion.
Pendant les guerres civiles et religieuses de la fin du 16ème siècle, l'Abbaye de la Grâce-Dieu fut dévastée et ruinée par les Huguenots, comme de nombreux établissements ecclésiastiques dans le pays.

Pendant tout le 17ème siècle, l'abbé Elie Chevrauld et l'abbé Morisset son successeur, restaurèrent l'Abbaye en récupérant les biens usurpés et en réédifiant. Ces restaurations ne firent que reprendre les anciens bâtiments pour les rendre habitables. Une église y fut, par la suite, édifiée. La première pierre fut posée le 7 mai 1734. Un logis abbatial fut également édifié "proche" et joignant les "cloîtres des religieux". Ainsi durant le 18ème siècle une grande partie des bâtiments de l'Abbaye furent entièrement refaits.
A la Révolution française, l'Abbaye de la Grâce-Dieu et ses biens furent déclarés biens nationaux puis adjugés au feu des enchères. De nos jours, elle se présente comme un bâtiment d'allure 18ème siècle, cependant elle a conservé des vestiges des époques antérieures comme le cabinet du trésor, les appartements voûtés, la salle capitulaire du 17ème siècle et le mur du chevet adossé aux actuels bâtiments. Celui est percé de deux belles niches, voûtées en cul de four, ornées sur la clef et surmontant chacune une petite porte. Près de ces portes, on peut remarquer dans le mur un petit bénitier.

Eléments protégés :
Vestiges de la salle capitulaire, façades et toitures du grand bâtiment : inscription par arrêté du 5 mars 1965
Grand bâtiment orienté Est-Ouest, maison abbatiale, pigeonnier : inscription par arrêté du 21 septembre 1990

Langues pratiquées

Français

Catégories

Inscrit (Monument historique), XIIIe siècle, XVIIe siècle, XVIIIe siècle

Équipements & services

Salle de réunion, Location de salles

Conditions de visites

Visites individuelles libres sur demande, Visites groupes libres sur demande

Tarifs (€)

Gratuit.

Ouverture

Toute l'année, tous les jours.

Calculer l'itinéraire vers Abbaye de la Grâce Dieu