EGLISE SAINT PIERRE

Ouverture

Ouvert toute l'année

Descriptif

Historique
Commentaire historique : La paroisse de Lessac dépendait du diocèse de Poitiers, archiprêtré de Lussac-les-Châteaux. L'église d'origine semble être de la fin du XIIIe siècle.
Une première campagne de restauration est signalée en 1776.
Sur l'ancien plan cadastral napoléonien, un avant-corps est figuré sur la façade de l'église, aujourd'hui plate. J. Nanglard signale des restaurations en 1864-1865, financés par la famille Chazaud.
En 1873, une lettre du sous-préfet indique que grâce à Madame Marie Emilie Aymée de la Chevrelière (épouse de Léonard Auguste Chazaud qui a fait reconstruire le château de Bois-Buchet), l'église a été " reconstruite ". Il s'agit plus exactement de fortes restaurations, comprenant en particulier un portail neuf. Le pavement est alors remplacé et les dalles de l'ancien pavement réemployées pour la clôture du nouveau cimetière.
L'église a à nouveau été restaurée au XXe siècle.
Datation(s) principale(s) : 13e siècle ; 19e siècle ; 20e siècle
Personne(s) liée(s) à l'histoire de l'oeuvre : Chazaud (donateur)

Description
Commentaire descriptif : L'église est de plan rectangulaire. La nef, dallée, est couverte en lambris. Les voûtes ont été surélevées en briques. Son toit est à longs pans. Il est possible qu'à l'origine, elle ait été accompagnée de deux bas-côtés étroits. Le carré sous clocher est couvert d'une coupole sur trompes ; les arcs brisés du carré reposent sur des chapiteaux à crossettes. Le choeur, semi-circulaire, est voûté en cul de four. La sacristie est une ancienne chapelle, dont subsiste la voûte en cul-de-four. C'est de la sacristie que l'on accède à la chambre des cloches, d'abord par une échelle, puis par un petit escalier en pierre d'une dizaine de marches. Selon J. Nanclard, le clocher était pourvu d'une horloge en 1859 et a subi des restaurations en 1900.
La façade en pignon est ouverte d'une porte couverte en plein cintre surmontée d'une fenêtre couverte également en plein cintre. On y remarque plusieurs reprises d'appareil ainsi qu'une fenêtre murée. Sur l'élévation sud on note également la présence de baies murées et des reprises d'appareil. La sacristie a une porte à linteau en bâtière, mais sur une carte postale ancienne, cette porte était couverte en plein cintre. Son mur sud est épaulé de deux contreforts. Une baie murée est visible entre l'absidiole et le chevet. Ce dernier est à 5 pans, et a été surhaussé ; il est couvert d'une croupe polygonale. Deux autres baies murées sont visibles sur l'élévation nord. Le clocher est de plan carré et rappelle celui de Saint-Barthélemy à Confolens. La partie supérieure, soulignée d'un bandeau, est percé sur ses quatre faces de baies jumelles couvertes en plein cintre. Son toit est en pavillon orné d'une croix.
Matériau(x) de gros-oeuvre et mise en oeuvre : moellon ; pierre de taille
Matériau(x) de couverture : tuile creuse
Parti de plan : plan allongé
Type et nature du couvrement : coupole à trompes ; lambris de couvrement ; cul-de-four
Type de la couverture : toit en pavillon ; croupe polygonale ; toit à longs pans
Technique du décor : sculpture
Représentation : croix
Loading
Loading
Loading