EGLISE SAINT PIERRE

Ouverture

Ouvert toute l'année

Descriptif

Commentaire historique : L'église Saint-Pierre d'Ambernac est mentionnée pour la première fois en 1117, date à laquelle elle est donnée par Guillaume 1er, évêque de Poitiers, à l'abbaye de Charroux. En 1770, elle passe au chapitre noble de Saint-Julien de Brioude. Ambernac était le siège d'un archiprêtré. Les parties les plus anciennes de l'église, les baies du choeur et la chapelle latérale sud, base du clocher actuel, pourraient dater du XIIIe siècle. Sur le plan cadastral de 1825, l'église possède un plan assez proche de l'église actuelle. En forme de croix latine, son transept est légèrement désaxé. Des bâtiments, ayant abrité l'école et la mairie, sont accolés au chevet de l'église. Au XIXe siècle, l'église est vétuste. Elle est reconstruite en 1901-1902. Les architectes sont Barbaud et Bauhain d'Angoulême, l'entrepreneur est Coutant de Champagne-Mouton. L'entrepreneur était tenu de reprendre les matériaux de l'ancienne église pour la somme de 5000 francs. Le gisant situé dans l'église a été découvert lors de ces travaux.
Datation(s) principale(s) : 13e siècle (?) ; 1er quart 20e siècle
Auteur(s) : Barbaud et Bauhain (architecte) ; Coutant (entrepreneur)
Justification de l'attribution : attribué par source

Commentaire descriptif : L'église est située au sommet d'une colline dominant la vallée de la Charente, à la sortie nord du bourg d'Ambernac. Son plan est en forme de croix latine, mais les chapelles latérales sont inégales. La nef a été totalement reconstruite au début du XXe siècle en pierre d'Angoulême. La pierre de consécration est située à l'angle au sud-ouest, elle présente une surface circulaire sculptée sur chaque face. Le portail, sur la façade occidentale, est en arc brisé, constitué de trois voussures reposant sur trois paires de colonnes. Le tympan présente un trèfle sculpté. Au-dessus du portail, trois baies étroites éclairent la nef et une fenêtre en forme de trèfle éclaire le comble. La nef est couverte en tuiles de Roumazières, voûtée en briques en berceau brisé. Elle est composée de cinq travées, séparées par des colonnes sur dosserets recevant les arcades latérales brisées. Au nord, la première travée de la nef est légèrement saillante, afin d'abriter les fonts baptismaux. Le clocher, comme pour l'ancienne église, est accolé au sud de la nef. Il est situé au-dessus de la chapelle latérale sud. De plan carré, il est ajouré par deux baies sur chaque face et couvert d'une haute flèche en maçonnerie. Le premier niveau du clocher est la chapelle latérale sud, qui n'a pas été modifiée lors des travaux de 1901-1902. A l'extérieur, sur l'élévation sud, elle a conservé un cadran solaire. A l'intérieur, une arcade brisée permet l'accès depuis le faux carré du transept. La chapelle est voûtée d'arêtes. Une porte permet d'accéder à un escalier en vis montant dans le clocher. La chapelle latérale nord est composée de trois travées, soutenues par des colonnes sur dosserets. Le choeur est percé de deux baies sur les élévations nord et sud. Le chevet est percé de trois baies étroites, non modifiées en 1901-1902. La sacristie est accolée à l'élévation nord du choeur.
Matériau(x) de gros-oeuvre et mise en oeuvre : calcaire ; pierre de taille ; moellon ; enduit
Matériau(x) de couverture : tuile mécanique
Type et nature du couvrement : voûte en berceau brisé
Type de la couverture : toit à longs pans ; pignon découvert ; flèche en maçonnerie ; flèche polygonale
Loading
Loading
Loading