PRIEURE SAINT BARTHELEMY

Ouverture

Ouvert toute l'année

Descriptif

Commentaire historique : Si certains auteurs font remonter cette église au XIe siècle, elle semble en fait, dans son état actuel, dater de la seconde moitié du XIIe siècle.
Le prieuré dépendait de l'abbaye de Lesterps alors que la cure appartenait au diocèse de Poitiers. Des modifications importantes sont intervenues au XVe siècle, avec en particulier la construction de chapelles vers le sud. Un terrier du prieuré datant du XVe siècle est conservé. Il en résulte un programme sculpté intéressant sur les culots et les clefs de voûte.
Le clocher a été pour partie reconstruit en 1630.
Sur le cadastre de 1826, l'église est figurée comme un bâtiment public (en bleu) sur l'exemplaire conservé en mairie, mais elle est représentée comme un bâtiment privé (en rouge) sur l'exemplaire conservé aux archives départementales (erreur du copiste).

Paul Abadie a étudié et fait un relevé de cet édifice dans le cadre des premiers travaux de la commission des monuments historiques en 1840.
L'ancien cimetière se trouvait sur le parvis actuel jusque vers 1840. Il est cadastré C 167 sur le cadastre de 1826.
Datation(s) principale(s) : 11e siècle (?) ; 12e siècle ; 15e siècle ; 17e siècle

Description
Commentaire descriptif : Le prieuré Saint-Barthélemy de Confolens dépendait de l´abbaye de Lesterps. Seule l´église du XIIe siècle nous en est parvenue. L'édifice n'est pas orienté : le choeur est légèrement décalé vers le sud. Son plan en croix latine est moins lisible aujourd´hui du fait de la construction au XVe siècle de chapelles sur l´élévation nord.
Le portail est situé sur le mur pignon occidental. Il comprend deux rouleaux en plein cintre retombant sur des colonnettes. Il est encadré de pilastres et surmonté d´un bas-relief en calcaire représentant l´agneau de la Résurrection dans une gloire et encadré de deux anges. De part et d´autre des pilastres, des bas-reliefs en granite figurent des animaux tournant le dos à la scène centrale.
Le clocher est situé à la croisée du transept dont les bras sont peu développés, avec une absidiole semi-circulaire percée d´une baie en plein cintre sur leur élévation orientale.
Le clocher est de plan rectangulaire. Seule sa souche est ancienne, limitée par un cordon. Les deux étages, refaits en 1630, sont ouverts de deux baies sur chacune de leurs faces et surmontés d'un toit bas en pavillon.
Le chevet semi-circulaire est éclairé par cinq baies en plein cintre séparées par de petits contreforts plats. Seules les parties en grand appareil de granite, comme la façade ou le premier niveau du clocher, semblent être d´origine romane. Le chevet et les absidioles ont été plusieurs fois remaniés, comme en témoignent de nombreuses reprises en moellons.
Les contreforts d´origine sont des contreforts plats. Sur l´élévation nord, on les retrouve aujourd´hui intégrés dans les chapelles adossées.
Le mur nord est percé de quatre fenêtre couvertes en arc brisé, en pierre d´Angoulême.
Le mur sud est percé d'une fenêtre par travée.
La nef comporte quatre travées, sous berceau brisé, en pierres et briques, partant d'un cordon mouluré ; les doubleaux reposent sur des pilastres. Le choeur est hémi-circulaire.
Le carré du transept soutient une coupole sur trompes, portée par de grands arcs sur pilastres et dont la calotte octogonale est percée de deux oculus à l'est et d'une ouverture pour les cloches.
Les trois chapelles latérales, du XVe siècle, sont voûtées d'ogives. Elles communiquent avec la nef par des arcades.
La voûte de la première chapelle nord porte une clef ornée d´une fleur de lys. Les culots sont ornés (têtes humaines et décor géométrique). L´arc brisé qui surmonte la baie porte un blason muet sur sa clef.
Les culots de la seconde chapelle sont ornés de feuilles de chêne et de têtes humaines. La clef pendante qui réunit les nervures de la croisée d´ogive mérite d´être observée lorsque cette chapelle est ouverte.
La troisième chapelle sert aujourd´hui de sacristie ; certains culots sont eux aussi ornés de têtes humaines.
Le mobilier de cet édifice est étudié par ailleurs.
Matériau(x) de gros-oeuvre et mise en oeuvre : moellon ; pierre de taille ; granite
Matériau(x) de couverture : tuile creuse
Parti de plan : plan en croix latine
Parti d'élévation extérieure : élévation à travées
Type de la couverture : toit à longs pans ; toit en pavillon ; croupe polygonale
Technique du décor : sculpture
Représentation : tête humaine ; armoiries ; fleur de lys ; feuille ; chêne ; lion de saint Marc ; boeuf de saint Luc ; agneau mystique ; ange ; croix ; ornement végétal ; pilastre
Précision sur la représentation : Portail : deux rouleaux en plein cintre retombant sur des colonnettes. Encadré de pilastres et surmonté d´un bas-relief en calcaire représentant l´agneau de la Résurrection dans une gloire et encadré de deux anges. De part et d´autre des pilastres, des bas-reliefs en granite figurent des animaux tournant le dos à la scène centrale.
Chapelles nord : culots et clefs (dont 1 clef pendante) du XVe siècle, avec décor essentiellement composé de têtes humaines.

Intérêt de l'oeuvre
Date(s) et nature de la protection MH : 1907/09/21 : classé MH
Précisions sur la protection : Eglise Saint-Barthélemy : classement par arrêté du 21 septembre 1907.
Loading
Loading
Loading