PRIEURE SAINT JUSTINIEN

Ouverture

Ouvert toute l'année

Descriptif

Commentaire historique : Selon la légende, l'église aurait été fondée par Charlemagne. Le prieuré est mentionné en 1153 dans le cartulaire de Charroux dont il dépendait. L'église présente plusieurs périodes de construction. Du 12e siècle semblent dater le chevet, le clocher, l'élévation sud et la façade. La chapelle Saint-Jean, ou chapelle d'Ordière, construite au sud, date du 15e siècle, et l'arcade d'accès porte un blason représentant une " gerbe d'or ", blason que l'on retrouve sur sa porte ouest et sur la porte de l'escalier du château d'Ordière. La voûte et le mur nord de la nef se sont effondrés en 1720 et ont été reconstruits au cours du 18e siècle. De 1787 à 1791, de nouveaux travaux sont faits à l'église par Jean Mas. Le pavé de la nef est posé à ce moment, mais les pavés anciens sont laissés autour des fonts baptismaux. A la fin du 19e siècle, la nef est couverte d'une voûte en brique et le clocher est réparé. En 1835, la sacristie se trouvait au nord du choeur. Elle a été détruite en 1930 en même temps que les halles qui se trouvaient à proximité. Une nouvelle sacristie a été construite au sud de la chapelle. Quant au logis primitif du prieuré, il ne semble pas antérieur au 15e siècle. De cette même période doit dater la tour défensive de l'entrée. Le logis a été prolongé au sud au 19e siècle. Divers corps de bâtiments à fonction agricole se sont ajoutés à l'ensemble au 19e siècle, certains peut-être sur les fondations de bâtiments plus anciens. Le logis du prieuré a été transformé en auberge au milieu du 19e siècle.
Datation(s) principale(s) : 12e siècle ; 15e siècle ; 18e siècle ; 19e siècle

Description
Commentaire descriptif : L'église est constituée d'un vaisseau à fausse voûte en berceau en brique couverte d'un toit à longs pans en tuile creuse, d'un clocher, situé sur la travée droite du choeur couvert d'un toit en pavillon, d'une abside voûtée en cul-de-four et couverte d'une croupe ronde en pierre calcaire. La façade ouest est masquée dans sa partie inférieure par un corps de bâtiment. Elle est percée d'une baie centrale couverte en plein cintre soulignée d'un bandeau reposant sur des modillons. La façade est épaulée de trois contreforts constitués de colonnes adossées, un à chaque angle et un au centre de la façade (ce dernier n'est visible qu'à l'intérieur des dépendances du prieuré plaquées sur la façade de l'église). Ces contreforts d'angle ont la particularité de former un angle à mi-hauteur. Le chevet est percé de 3 baies. Il y subsiste deux chapiteaux à décor géométrique. L'élévation sud a conservé 3 travées avec des colonnes-contreforts identiques à celles de la façade. L'élévation nord est percée de 2 fenêtres et d'un portail latéral, tous couverts en plein cintre et sans décor. La nef est composée de 6 travées inégales. Le choeur est précédé d'un arc triomphal en plein cintre reposant sur des colonnes à chapiteaux au décor géométrique. Le choeur est éclairé de baies en plein cintre très ébrasées à gradins. La baie sud n'existe plus ayant été remplacée par une arcade permettant l'accès à la chapelle portant un blason. Cette dernière a 3 travées dont 2 sont accolées à la nef et la 3ème au choeur. Elle a conservé un lavabo en pierre à droite de l'autel. Elle est voûtée d'ogives. Elle communique avec la sacristie et avec l'extérieur à l'ouest. Cette dernière porte a un linteau à accolade avec un blason semblable à celui de l'arcade d'accès. Le logis et les dépendances qui l'accompagnent sont implantés à l'ouest de l'église. Les différents corps de bâtiments du prieuré situé à l'ouest de l'église sont sur le côté est de la cour, close d'un portail au nord et ponctué d'une tour défensive à l'angle nord-ouest sur laquelle s'appuie une dépendance. Du logis primitif a été conservé la tour de l'escalier polygonale extérieurement et circulaire intérieurement. La porte d'accès à l'escalier a des montants moulurés et un linteau trifolié avec un blason martelé. La tour possède 2 meurtrières par étage et deux fenêtres moulurées par niveaux. Elle est couverte en toit conique. Les portes desservant les étages ont des montants moulurés, la porte du grenier est ornée d'une accolade et d'un blason. Il n'existe aucune cheminée d'origine. La tour à l'angle nord-ouest de l'entrée a conservé des meurtrières sur ses 3 niveaux. L'entrée est un portail à porte charretière en plein cintre et une porte piétonne rectangulaire. La seule dépendance en face du logis a un pilier central en pierre et pourrait être un cellier. Devant sa façade est un puits de grandes dimensions. Un fournil est accolé au sud du logis. Il contient un four à pain et une buanderie. Un poulailler et un hangar complètent l'ensemble au sud. Dans l'ancien jardin du prieuré, situé au sud de l'église et à l'est du logis, se trouvent un puits et une fosse de forme carrée maintenue par des murs en maçonnerie.
Matériau(x) de gros-oeuvre et mise en oeuvre : calcaire ; pierre de taille ; moellon ; enduit
Matériau(x) de couverture : tuile creuse ; calcaire en couverture
Parti de plan : plan allongé
Type et nature du couvrement : fausse voûte en berceau ; cul-de-four ; voûte d'ogives
Type de la couverture : toit à longs pans ; croupe ronde ; toit conique
Emplacement, forme et structure de l'escalier : escalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis, en maçonnerie
Technique du décor : sculpture
Représentation : ornement géométrique ; armoiries ; ornement architectural ; accolade
Précision sur la représentation : Les chapiteaux du choeur et du chevet ont un décor géométrique.

Intérêt de l'oeuvre
Date(s) et nature de la protection MH : 1984/12/05 : inscrit MH
Précisions sur la protection : Eglise Saint-Justinien (cad. E 1093) : inscription par arrêté du 5 décembre 1984.
Loading
Loading
Loading