PRIEURE SAINT VINCENT

Ouverture

Ouvert toute l'année

Descriptif

Commentaire historique : L'église Saint-Vincent est un ancien prieuré qui dépendait de l'abbaye de Charroux. Elle était à l'origine la chapelle du château de Saint-Germain. Elle était située à l'intérieur de l'enceinte du château. Elle a été construite en plusieurs étapes. Des vestiges de sommiers sur le revers de la façade et sur les piliers à l'entrée de l'abside, probablement situés à la base d'arcades disparues, pourraient être les vestiges d'un édifice primitif. L'église, telle que nous la connaissons aujourd'hui, est un édifice construit au XIIe siècle. L'abside a été reconstruite ultérieurement, toujours au XIIe siècle ou au XIIIe siècle, avec un plan polygonal reposant sur le soubassement semi-circulaire de l'abside d'origine. Les parties de l'église construites en gros appareil de granite ne semblent pas avoir été remaniées. Par endroits, les murs ont été repris en moellons à une date inconnue. La calotte coiffant la coupole sur pendentifs à la croisée du transept s'est effondrée. Le clocher a également été reconstruit, il est probablement moins élevé que le clocher d'origine. Au XVIIe siècle, peut-être avant, la chapelle castrale est devenue l'église paroissiale. A la fin du XXe siècle, des travaux de restauration interviennent. Les deux bras du transept ont été restaurés en 1989-1990. En 1991-1992, les toitures ont été refaites.
Datation(s) principale(s) : 12e siècle
Datation(s) secondaire(s) : 19e siècle ; 20e siècle

Description
Commentaire descriptif : L'église Saint-Vincent est située au nord du château, sur l'éperon rocheux dominant le bourg de Saint-Germain. Elle est construite en gros appareil de granite et en moellons pour certaines élévations. Les parties construites en moellons sont probablement des remaniements. L'église présente un plan en forme de croix grecque, plan unique dans le Confolentais, avec une nef très courte, un transept largement développé, chaque croisillon s'ouvrant sur une absidiole sur le mur oriental, et une abside polygonale comportant un étage de soubassement.
Le portail rectangulaire est situé sur le mur pignon occidental de la nef. Simple et sans décor, il est couvert d'un grand linteau en forme de bâtière. Le portail est surmonté d'une baie couverte en plein cintre, elle-même surmontée d'un oculus. La partie inférieure du mur pignon est construite en moellons alors que la partie supérieure est en gros appareil de granite. Les pignons de la nef et des deux bras du transept sont découverts, tandis que les murs gouttereaux sont ornés d'une corniche sur modillons. A l'intérieur, la nef est composée d'une seule travée, voûtée en berceau très légèrement brisé. Un bandeau, intégrant les tailloirs des colonnes, parcourt l'église sous le départ de la voûte. Le soubassement des murs latéraux de la nef et du transept présente un large rebord en forme de banc. Chaque mur gouttereau de la nef est soutenu par une arcade aveugle. Le revers de la façade présente deux sommiers saillants, dont la fonction est inconnue. Deux autres sommiers saillants sont situés face aux premiers, à l'entrée du choeur. Il s'agit probablement des vestiges d'un édifice primitif.
La croisée du transept était couverte d'une coupole dont il ne reste aujourd'hui que les pendentifs triangulaires et la base de la calotte. Les différents arcs, légèrement brisés, reposent sur des colonnes aux chapiteaux galbés. Le clocher est accessible par un escalier en vis situé entre l'abside et l'absidiole nord. On distingue encore dans le clocher la base de la calotte de la coupole au-dessus du plafond de la croisée du transept. Le clocher est carré, présentant des appareillages différents dus à des remaniements. Il est percé de nombreuses ouvertures rectangulaires. Le clocher est couvert d'un toit en pavillon en tuiles creuses et surmonté d'une girouette représentant un coq peint en bleu, blanc et rouge. Le transept, composé d'une travée sur chaque bras, est éclairé par deux baies en plein cintre percées sur les murs pignons sud et nord. Les murs occidentaux des deux bras du transept sont percés chacun d'une porte. La porte située sur le bras nord présente un linteau identique au portail. Les murs gouttereaux des deux bras du transept sont renforcés par des contreforts plats. Les absidioles semi-circulaires, sur le mur oriental des bras du transept, sont voûtées en cul-de-four et éclairées chacune par une baie en plein cintre. A l'extérieur, deux contreforts plats encadrent la baie de chaque absidiole.
L'abside, étroite et basse, s'ouvre sous l'arc triomphal qui soutient la coupole à l'est. Une baie est percée sous cet arc triomphal, au-dessus de l'abside. L'abside, voûtée en cul-de-four, est composée de sept pans. Elle est percée de trois baies en plein cintre et présente des vestiges de peinture murale. Au sud, une petite niche est couverte d'une accolade. A l'extérieur, des vestiges d'une abside primitive sont visibles. Les soubassements de cette première abside sont de plan semi-circulaire et présentent des bases de contreforts. L'étage de soubassement, souvent dénommé crypte, est accessible par un passage à l'entrée du bras nord du transept. Il est voûté en berceau et éclairé par une baie remaniée à l'époque gothique, dont le linteau présente un arc brisé incisé et un tympan au décor de remplage trilobé.
Matériau(x) de gros-oeuvre et mise en oeuvre : granite ; moellon ; enduit
Matériau(x) de couverture : tuile creuse
Parti de plan : plan en croix grecque
Type et nature du couvrement : coupole à trompes ; cul-de-four ; voûte en berceau
Type de la couverture : toit à longs pans ; toit en pavillon
Emplacement, forme et structure de l'escalier : escalier intérieur : escalier en vis, en maçonnerie
Technique du décor : peinture
Représentation : fleur ; ornement architectural ; accolade
Précision sur la représentation : Des peintures murales, représentant des guirlandes de fleurs, sont situées dans le choeur.

Intérêt de l'oeuvre
Date(s) et nature de la protection MH : 1973/10/24 : inscrit MH
Précisions sur la protection : Eglise (cad. B 109) : inscription par arrêté du 24 octobre 1973.
Loading
Loading
Loading