ADRIEN M & CLAIRE B L'OMBRE DE LA VAPEUR

Ouverture

Du 30/06/2018 au 30/04/2019

Descriptif

L'installation inaugurale a été confiée à la compagnie Adrien M & Claire B qui dévoile une œuvre inédite intitulée L'ombre de la vapeur.

Le Torula, ou Baudoinia compniacensis, est un champignon propre à la région de Cognac qui se nourrit des composés organiques volatils pour recouvrir, en les noircissant, les parois avoisinantes. Avant les travaux de rénovation de la Fondation, le bâtiment était ainsi tapissé de ce champignon. Portée par une fiction animiste et réalisée grâce à un dispositif numérique, l’œuvre de Claire Bardainne et Adrien Mondot révèle ainsi L’ombre de la vapeur. Il s’agit à la fois d’une œuvre, d’un espace, d’une expérience et d’une rencontre avec une entité organique magique, immersive et expressive.

Les visiteurs déambuleront et interagiront parmi un ensemble de formes élaborées dans un fin voile de métal, nuages suspendus sur lesquels seront projetées des particules blanches en mouvements. Organisme sonore et contemplatif, cette œuvre est modulée par les visiteurs, au rythme de leurs déambulations, de leurs gestes et de leurs haltes sur un mobilier flottant. Dans l’obscurité, la surface métallique des nuages devient transparente pour ne laisser voir que les points, qui semblent ondoyer dans l’air et former un ciel étoilé hybride : entre le paysage, le végétal et l’animal. Si la forme de chacune des particules n’est pas sans rappeler un agrandissement au microscope du champignon appelé Torula, il ne s’agit pas d’une reproduction réaliste mais d’une transposition graphique et poétique. Les cellules normalement imperceptibles à l’œil nu deviennent ainsi des entités qui semblent mues par une intention manifeste. Cette installation se propose alors comme une mémoire de l’éphémère, un éloge à ce qui se consume ou se perd, pour créer une concentration de vie et de valeur à l’instant où le visiteur expérimente l’œuvre. L’ombre de la vapeur est aussi une ode à ce qui est mineur, accessoire ou périphérique, hommage à ce qui est vivant, sous toutes ses formes. Le dispositif repose sur une trentaine de vidéo-projecteurs qui baignent ces nuages et une partie du sol dans un grand continuum d’images générées et animées en temps réel par des ordinateurs synchronisés, qui contrôlent les caméras infrarouges permettant de réaliser les interactions avec le public. Une création sonore accompagne l’espace et l’expérience. Composé par Olivier Mellano, ce «cantique du champignon» s’inspire des principes de la Protéodie, une théorie selon laquelle chaque acide aminé est associé à certaines ondes pouvant être transcrites dans une partition musicale, la mélodie de l’ADN de chaque être vivant.

Dédié aux commandes artistiques, l'espace au rez-de-chaussée de la Fondation est confié chaque année à un(e) artiste, où à un collectif d'artistes, afin qu'il crée une œuvre inédite, un environnement "total" et immersif. Le créateur invité s'approprie ainsi la surface (près de 900 m²), les potentialités et les contraintes architecturales du rez-de-chaussée de la Fondation. Ces commandes artistiques annuelles ont pour ligne directrice la relation avec les grandes thématiques et les matériaux chers à la Fondation : le voyage, le temps, les sens, les matières, la nature, la lumière...

L’œuvre pourra évoluer dans le temps, laissant ainsi aux visiteurs la possibilité de la redécouvrir au fil des mois. Chaque environnement créé trouvera ensuite une nouvelle destination par le recyclage, le don ou la réinstallation.
Loading
Loading
Loading