Mon vol en montgolfière au dessus de la côte : magique

Ce jour-là s’est avéré magique et ce pour plusieurs raisons…

J’ai eu la chance de faire un vol en montgolfière en Charente-Maritime, une région que j’affectionne particulièrement. Et puis ce vol avait la particularité d’être mon cadeau d’anniversaire, j’en ai donc un souvenir encore plus intense !

Laissez-moi vous raconter comment tout cela s’est déroulé.

Mon baptême de l’air en montgolfière

Le rendez-vous était pris au petit matin dans un champ de Charente avec Alain Pinsonneau des Montgolfières du Pinson. Très vite, nous faisons connaissance et en discutant avec lui, je me rends compte qu’Alain est passionné de montgolfières depuis tout petit : à 11 ans, il dévorait déjà les romans de Jules Verne et se rêvait en successeur de Philéas Fogg ! Il y a 20 ans, il a décidé de faire de cette passion son métier. Avec au compteur plus de 800 heures de vol sur tous les reliefs d’Europe au compteur,  il est devenu l’un des grands pilotes de montgolfières en France. Bref, Alain nous a rassuré, moi et mes nouveaux acolytes pour la matinée, sur l’expérience que nous allions vivre en nous expliquant consciencieusement toutes les étapes de ce vol en montgolfière au-dessus de la Charente-Maritime.

L’enveloppe de la montgolfière était parfaitement étalée par terre et la nacelle posée à côté. Consignes de sécurité énoncées, brûleur et ventilateur allumés, on a tous donné un coup de main à Alain pour gonfler le ballon qui a commencé à se redresser lentement : il était temps de grimper dans la nacelle en osier. Alain a donné un dernier petit coup de chauffe et c’est tout en douceur que nous avons commencé à décoller, quasi à la verticale.

La sensation a été tout simplement incroyable, car nous n’avons même pas ressenti que nous quittions le sol. C’était comme une indescriptible impression de flotter dans les airs, tout simplement. Les mouvements de la montgolfière étaient si doux et fluides, la tranquillité ambiante parfaite.

Il nous a fallu au final peu de temps pour prendre assez de hauteur pour déjà bénéficier d’une vue superbe des paysages sous la brume matinale.

Les paysages de Marennes-Oléron vus du ciel

Plus nous prenions de la hauteur plus le panorama était magnifique.

La brume s’est peu à peu estompée et c’est alors une vue à 360° que nous avons embrassée depuis sur La Rochelle au loin, l’estuaire de la Seudre et l’Île d’Oléron : on aurait dit une maquette ! Je ne savais plus où donner de la tête tant le spectacle était grandiose ! Malgré cette agitation intérieure, je suis restée sans voix devant de ces paysages qu’on ne peut imaginer si beaux vus d’en haut.

Je ne voulais absolument pas manquer le survol de la mosaïque dessinée par les claires de Marennes lors ce vol en montgolfière en Charente-Maritime. Je savais que l’architecture étrange des bassins ostréicoles se dessinant sous notre ballon allait être superbe : je n’ai pas été déçue ! Ces bassins aux formes et aux couleurs infinies sont autant de petits miroirs scintillants sur lesquels se reflète une lumière extraordinaire. 

Alain, en pilote aguerri, a fait descendre la montgolfière jusqu’à effleurer la plate d’un ostréiculteur ! Quelle émotion !

Tout est très simple de là-haut :  il suffit de se laisser porter par le vent qu’on ne ressent d’ailleurs pas du tout, puisqu’on vole exactement à la même vitesse !  Alain nous a d’ailleurs expliqué que ce qui fait le charme des vols en montgolfière, c’est qu’ils ne se ressemblent jamais ! Selon la vitesse et la direction du vent, les itinéraires peuvent être bien différents et on ne sait jamais vraiment exactement où l’on va atterrir (même si le pilote sait placer son ballon dans les courants de vent allant dans la direction souhaitée).

La beauté d’un vol en montgolfière en Charente-Maritime, c’est survoler la côte atlantique et découvrir sous un autre angle des paysages que l’on croyait connaître par-coeur !

On se rapprochait de l’Île d’Oléron quand nous avons découvert au loin la silhouette du mythique Fort Boyard qui se dessinait sur l’océan. Juste en dessous-de nous, apparaît déjà le pont qui relie l’île au continent, la silhouette en fer à cheval du Fort Louvois, la citadelle de Château d’Oléron. Arrivés au-dessus de Saint-Trojan, nous avons été fascinés par le fabuleux paysage des longues plages de sable doré et de pinèdes au vert profond. La montgolfière est alors doucement descendue et grâce à la dextérité d’Alain, nous avons frôlé la cime des arbres. Nous avons pu apercevoir les nombreux oiseaux qui ont élu domicile ici, sans les effaroucher : on se sentait presque de leur famille ! Ce qui m’a vraiment étonné et qui a été très agréable, c’est que lorsque le brûleur ne fonctionne pas pour faire remonter le ballon, la montgolfière est incroyablement silencieuse…

A l’extrémité de l’Île, nous avons survolé le Phare de Chassiron qui surplombe l’océan depuis la falaise : impossible de manquer sa célèbre silhouette rayée noire et blanche ! Quelle surprise de découvrir “vu du ciel” le jardin circulaire en forme de rose des vents paysagère !

Le temps est passé tellement vite : il est déjà temps de se poser. Alain entame la manoeuvre et nous dépose tout en délicatesse dans une prairie où André nous attend avec la voiture suiveuse : en deux temps – trois mouvements, l’imposant ballon est replié et rangé dans la remorque : nous sommes encore sous le coup de l’émerveillement de ce baptême de l’air en montgolfière qui restera un cadeau d’anniversaire inoubliable.